Image qui suit la souris
11 MARS 2016

Un itinéraire imprévisible

Pour une redécouverte de l’oeuvre prestigieuse d’Émile Zola en s’attachant aux chats – réels ou imaginaires – dont ses contes, nouvelles et romans sont peuplés, aux côtés de la femme à la fois tentatrice et victime.

Les chats ressemblent-ils aux femmes ? La femme ressemble-t-elle au chat ? Le chat n’incarne-t-il pas l’homme dans son état animal ? Par-delà la fascination de Zola pour la féminité et la félinité, il y a son amour de l’humanité souffrante ainsi que cet amour des animaux qu’il déclarait dans Le Figaro du 24 mars 1896 et qui lui valut des centaines de lettres de sympathie. Ses campagnes de presse firent de lui un précurseur de la défense des animaux contre la maltraitance. Ne fut-il pas justement « couronné » par la jeune Société Protectrice des animaux ? Découvrez un aspect inattendu de l’homme Zola et de son oeuvre plus féline qu’il n’y paraît.


Couverture : Eté, chat sur une balustrade.

Pourquoi T.- A. Steinlen, "le peintre aux chats" ? Comment ne pas penser ici à l'aspect diabolique du chat de Thérèse Raquin, tel que le perçoit Laurent avant le geste fatal ?

Cliquez ici pour notre site perso sur les chats

 

Editions LA TOUR VERTE >
2016

Il a dit :    Pourquoi toutes les bêtes de la création sont-elles mes petites parentes, pourquoi leur idée seule m'emplit-elle de miséricorde, de tolérance et de tendresse ?

Editions LA TOUR VERTE>

20 MARS 2016

Au salon du livre  

VOIR PLUS >
2012

Une lecture approfondie

Oui, c'est bien J. Barnes qui m'a inspiré ce titre…

La Fontaine n’est pas le seul écrivain français qui se serve d’animaux pour instruire les hommes. Simone Gougeaud-Arnaudeau rappelle dans Le Chat d’Émile Zola que, même chez l’auteur des Rougon-Macquart, l’étude de la société humaine inclut un bestiaire.

Madame Simone Gougeaud-Arnaudeau aime les chats et elle aime Émile Zola. Il était donc dans la logique des choses qu’elle joigne l’agréable à l’agréable. Julian Barnes avait publié il y a une trentaine d’années, avec le succès que l’on sait, son Perroquet de Flaubert ; nous avons aujourd’hui, grâce à Simone Gougeaud-Arnaudeau, Le Chat d’Émile Zola.
Mais l’esprit n’est pas exactement le même. Ce Chat se présente comme un véritable essai, alors que Barnes, avec son Perroquet, livrait une espèce de roman autobiographique […]

CHRONIQUE à suivre sur Le Salon littéraire de Loïc di Stefano

VOIR PLUS >