Un abécédaire félin

Extrait de l'introduction

 Si, dans l’esprit moralisateur du temps, la part de la fable, riche d’enseignements, est importante, si la figure changeante du chat dans ces textes du XVIIIe siècle revêt – ainsi que la figure animale en général utilisée comme miroir social ou comme instrument éducatif – un caractère anthropomorphique prononcé, cet abécédaire n’en demeure pas moins une pure entreprise de divertissement. Par sa forme, il a nécessité un exercice laborieux de nomenclature pour donner libre choix au lecteur de l’aborder au gré de sa fantaisie, de privilégier un point de vue réaliste ou une vision métaphorique. Voici donc un florilège sans visée démonstrative et sans prétention à l’exhaustivité, animé par le seul désir de plaire aux curieux de tout poil.

Table des matières

A. Amour
B. Buffon
C. Cerceau
D. Desfontaines
E. Épitaphes
F. Fables
G. Galiani
H. Helvétius
I. Iconographie
J. Jeunesse
K. « Le Kant des chats »
L. Louise Lévêque
M. Moncrif
N. Naissances
O. On-dit
P. Poésie
Q. Querelles
R. Rousseau
S. Superstition
T. Théâtre
U. Utilité
V. Voyages
W. Walpole
X. Xi

Y. Yeux
Z. Zoologi
e

Pour illustrer le chapitre ICONOGRAPHIE

 

Simba, mon dernier chat (2012)

Ci-dessus, des croquis de Watteau (un protégé et ami du comte de Caylus)

Au Salon du livre,le 17 mars 2012 : Pointez sur l'image


Petites distinctions 

Hôtel Bedford, le 8 décembre 2012 :
Remise du Prix François Théodule d'Aubigny, du JURY FERNAND MERY 2012 décerné par le Groupement des Ecrivains Médecins

 Sélection Prix littéraire de 30 millions d'amis


Design Blog 

Votre avis nous intéresse

 

 

 

 

 


 

A propos ...

Couverture : Estampe de Coypel, gravée par le comte de Caylus.

Cliquez ici pour voir le texte de la quatrième de couverture

Une question ? Une suggestion ?

 

A paraître :

Moi, Ermelinde, une chatte des Lumières