Image qui suit la souris
2012-2020

Il a dit :

Le chat est un animal égoïste et passionné. Il est parfaitement bien peint dans M. de Buffon ; mais je voudrais savoir pourquoi son cri frappe plus directement le cœur que le cri des animaux domestiques qui semblent toucher de plus près l'homme.", écrivait Louis Sébastien Mercier dans Mon bonnet de nuit en 1784.

Cette allusion à Buffon – bien présent dans Les chats de noble compagnie – nous conduit à quelques remarques. Les lieux communs de l'auteur de l'Histoire naturelle ont été à juste titre dénoncés, tant il est vrai que le lieu commun se substitue trop souvent à l'opinon personnelle fondée sur l'examen des faits. On a imputé la vision négative du chat chez Buffon à son souci éditorial de complaire au lecteur de l'époque, parti pris peu scientifique… Mais la célébrité et l'autorité de Buffon ne sont pas mal acquises pour autant.

Sonnini de Manoncour (1751-1812) – dont nous évoquons la chatte blanche et l'amour qu'il lui vouait – a été un fervent défenseur de la conception naturaliste portée par Buffon. C'est lui qui a fait imprimer l'Histoire naturelle en 127 volumes en ajoutant toutes les matières que Buffon n'avait pas eu le temps de traiter…


VOIR PLUS >
2012- 2020

Quid de l'abbé Pluche ?      

Son Spectacle de la nature, ou entretiens sur les particularités de l'histoire naturelle qui ont paru les plus propres à rendre les jeunes gens curieux et leur former l'esprit fut le plus grand succès littéraire du XVIIIe siècle (publication en 8 tomes et 9 volumes échelonnés de 1732 à 1750).

Voici un extrait de ces entretiens naturalistes entre un prieur, un chevalier et une comtesse :
"Que ne prenez-vous le chat ? Il est de si bon service : il est plaisant dans ses jeux. Vous auriez cent choses à en dire, et bien des applications à faire sur son minois hypocrite, sur cette patte si douce, et pourtant armée de griffes, sur ses ruses, ses détours, et son allure éternellement tortueuse : il y aurait bien là de quoi exercer votre style.", s'écrie la comtesse lorsqu'on propose de disserter sur l'âne…"

On pourrait croire que seuls les femmes et les enfants s'occupent d'animaux domestiques. Il n'en est rien, même si les auteurs associent femmes et bêtes et notamment femmes et chats avec les connotations que l'on sait. Dans les Les chats de noble compagnie, nous avons fait la part belle à des maîtres masculins

 

Nos pages dédiées

   Cliquez sur telle ou telle partie de cette image pour accéder de manière aléatoire à nos pages dédiées. Théophile Gautier Président Hénault Offray de La Mettrie Madame Helvétius chevalier de Bonnard Ces dames du XVIIIe Emile Zola comte de caylus Crébillon père   

VOIR PLUS >
2008-2016

Il a dit :

L'homme consomme, engloutit lui seul plus de chair que tous les animaux ensemble n'en dévorent ; il est donc le plus grand destructeur, et c'est plus par abus que par nécessité.

Histoire naturelle (1749-1789), De la nourriture de l'Homme et des Animaux

 

VOIR PLUS >