2012-2020

Pour une plongée au cœur du XVIIIe siècle

Éducateur et poète, médecin et philosophe, "antiquaire" et artiste, dramaturge, tels sont ces hommes du XVIIIe siècle que j'ai successivement rencontrés. Ils ont ajouté la plume à leur panoplie personnelle : le premier à l'épée, le deuxième au scalpel, le troisième au burin. Quant au quatrième, on ne saurait dire si la plume était son principal attribut, puisque, doté d'une mémoire prodigieuse, il composait ses pièces dans sa tête et ne les livrait aux comédiens qu'au dernier moment… ils ont en commun cette liberté de pensée et cette passion qui, dans un domaine ou un autre, font les véritables précurseurs. Et le cinquième ? Il s'agit de Charles Jean-François Hénault, alias Le Président : j'espère éveiller plus que de la curiosité pour cette figure intéressante d'un siècle dit libertin.
Un sixième personnage vient de faire son apparition : une femme. J'avais déjà amplement fait connaissance avec des femmes remarquables : la comtesse de Genlis (l'ennemie intime du chevalier de Bonnard), la comtesse de Caylus (une mère aimante et aimée), Madame du Deffand (la spirituelle maîtresse du Président Hénault), épisodiquement avec Madame de Pompadour et la reine Marie Leszczynska. Je consacre un livre entier à une grande dame, grande par l'esprit et le cœur : Madame Helvétius.

Ce n'est pas l'exhumation en soi qui m'intéresse. Ignorés de ceux pour qui seuls importent les grands noms dont la postérité institutionnelle a légitimement consacré l'œuvre et/ou l'action, ces méconnus ont tous une originalité et un côté attachant… Au lecteur d'en juger, s'il s'aventure dans les contrées qui sont les miennes avec ces pages spécifiques, vestiges de sites plus complets dédiés à mes personnages au fil des parutions. Restent quelques curiosités et parfois des textes inédits à découvrir… Ci-contre, le salon de la célèbre Madame Geoffrin, où l'on peut apercevoir le comte de Caylus debout dans le tiers droit du tableau. En cliquant sur VOIR PLUS…, vous accédez aux pages spécifiques avec documents parfois inédits consacrées à chaque livre. Si un affichage est défectueux, cliquez sur RECHARGER LA PAGE dans votre navigateur.

VOIR LA MISE A JOUR.

VOIR PLUS >
Janvier 2020

Madame Helvétius, une femme au temps des Lumières

       Être l’épouse du philosophe le plus controversé de son siècle n’est pas un destin commun. Anne- Catherine de Ligniville est une des personnalités les plus attachantes et singulières parmi les grandes dames qui tenaient salon au XVIIIe siècle. Cette belle femme qui faisait chavirer les cœurs resta fidèle à Claude-Adrien Helvétius même après sa mort en 1771. Celui-ci n’aurait-il pas vu arriver la Révolution avec espoir ? Mais tel Cronos, la Révolution dévora ses enfants. Beaucoup, et non des moindres parmi les Idéologues épris de liberté et de justice sociale, se retrouvaient dans le salon d’Auteuil où Madame Helvétius – que Benjamin Franklin avait surnommée Notre-Dame d’Auteuil – régnait en hôtesse bienveillante et perspicace à l’écoute d’hommes politiques, de scientifiques et de littérateurs qu’elle eut l’art de rassembler. Son influence s’étendit aux francs-maçons de la loge des Neuf Sœurs reçus dans son cercle. Madame Helvétius s’éteignit en 1800 auprès du jeune médecin Cabanis qui joua un rôle important dans le coup d’état du 18 brumaire. Elle le considérait comme la réincarnation de son propre fils.(quatrième de couverture)

 

VOIR PLUS >
Juillet 2017

Le Président Hénault

       Sera-t-on séduit par ce magistrat, académicien et historien, brillant causeur, ami indéfectible des femmes auxquelles il a été attaché : sa femme, ses maîtresses (dont la non moins brillante marquise du Deffand) ou bien encore la reine Marie Leszczynska dont il fut le surintendant des finances ?  A coup sûr, un érudit, auteur d'un fameux "Abrégé chronologique de l'Histoire de France", de pièces de théâtre et de chansons.

Résumé proposé par LA LIBRAIRIE.COM : L'universitaire retrace la vie mondaine active d'un homme représentatif de l'esprit du XVIIIe siècle. Celui que l'on surnomma simplement "le Président" dès la mort de Montesquieu est un personnage haut en couleur par son libertinage affiché, sa verve de parlementaire réputée et recherchée comme par ses compétences de gestionnaire remarquées par la reine Marie Leszczynska.

DONNEZ VOTRE AVIS

VOIR PLUS >
2008-2016

Publications précédentes

ARCHIVES ne veut pas dire oubli...(voir le menu)

L'HARMATTAN répertorie mes ouvrages

VOIR PLUS >